Actuellement, l’investissement immobilier est devenu plus attrayant suite à la promulgation de la Loi Pinel. Afin d’optimiser au maximum les rendements d’un tel projet, il est indispensable de connaitre les modalités liés à la rentabilité dont le plus important est le loyer. Découvrez ici les méthodes à appliquer pour une révision de loyer en loi Pinel.

Le calcul du loyer suivant le dispositif de la loi Pinel

Tout d’abord, il faut calculer la surface fiscale de votre logement. Elle comprend l’ensemble de la surface habitable et les annexes (terrasse et cour privative) excepté tout ce qui a un trait au stationnement (parking et box). Cette dernière correspond donc à la surface habitable ajoutée de la moitié des annexes dans la limite de 8 m2. Ensuite, il faut prendre en compte le plafond du loyer fixé en fonction des 4 zones Pinel dont les tarifs dépendent en général des agglomérations : 16,83 euros / m2 en zone A (Paris) contre 8,75 euros/m2 en zone B2 pour les agglomérations de plus de 50 000 habitants. Enfin, pour calculer le montant du loyer maximum autorisé, il convient d’appliquer le coefficient pondérateur qui ne doit pas dépasser 1,2.

Comment appliquer une révision de loyer en loi Pinel ?

Le loyer maximum autorisé pour la mise en location

Pour la mise en location de votre bien immobilier, il est impératif de respecter les plafonds de ressources de la loi Pinel vis-à-vis de vos locataires. Ces plafonds dépendent des zones Pinel et sont calculés en fonction du revenu fiscal des locataires. Notons toutefois que ces zones Pinel permettent l’accès à la location, pour des prix inférieurs de 10% à 15% à ceux du marché pour les foyers fiscaux ayant des revenus moyens.

Le fonctionnement de la loi Pinel

Premièrement, il s’agit pour les résidents français intéressés d’acheter un bien immobilier neuf, répondant aux critères économiques, environnementaux et locatifs. En d’autres termes, il faut se lancer dans un investissement plafonné à 300 000 euros par an et à 10 000 euros pour les niches fiscales; respectant les normes de la performance énergétique, les plafonds des loyers ainsi que les plafonds des ressources des locataires. Deuxièmement, mettre en location le logement pour une durée minimale de 6 ans mais prolongeable suivant l’accord des deux parties. Enfin, il est à noter que 66% d’un logement Pinel est financé par l’Etat sous forme d’avantage fiscal; par les locataires, pour les loyers versés.

Ainsi, ces méthodes sont pratiques et applicables en vue d’une révision de loyer en loi Pinel.